Historique

Créé le 9 février 1963, le Centre culturel franco-nigérien de Niamey a inauguré ses bâtiments en 1965. Une convention passée entre le Gouvernement de la République du Niger et le Gouvernement de la République française, en date du 27 mai 1977 (dont le décret a été publié au Journal officiel de la République française le 25 juin 1990 sous le n°90-520), régit le fonctionnement du CCFN et lui donne le statut d’établissement public de droit nigérien.

Le Centre culturel franco-nigérien de Zinder a vu son statut modifié en 1993. En adoptant lui aussi le statut binational, l’établissement a été rattaché au centre principal de Niamey qui assure la gestion unique des deux structures.

Le Centre culturel franco-nigérien est le seul survivant des centres franco-nationaux créés au lendemain des indépendances. De ce fait, il constitue une référence pour les établissements de statut analogue plus récemment inaugurés (en Namibie, au Mozambique et en Guinée). Symbole d’une coopération culturelle pleinement assumée, ce statut mérite d’être préservé et renforcé.

 

Missions

Le Centre culturel franco-nigérien est un lieu de rencontre apolitique à vocation culturelle. Il a pour but de :

- Constituer un centre de rayonnement et d'échanges d'idées entre tous les hommes ;
- Participer à l'épanouissement des sciences, des arts et des lettres ;
- Mettre à la disposition des publics les moyens de parvenir à une meilleure connaissance des patrimoines culturels africains et français, francophones et européens.


La double appartenance franco-nigérienne est symbolique d’une coopération culturelle riche et assumée qui se traduit dans son projet culturel. Ce projet est établi en conformité avec la mission assignée par la France à ses établissements culturels et en cohérence avec le projet culturel du Niger :

- en tant que centre culturel français, il lui incombe de diffuser la culture française et francophone sous toutes ses formes à travers le livre, le cinéma, les arts plastiques, les spectacles vivants, mais aussi la culture scientifique et technique, la diffusion des chaînes de télévision française par satellite, sans oublier l’enseignement du français.
- en tant qu’établissement nigérien appartenant au réseau national des établissements culturels, il doit contribuer à former une identité culturelle nigérienne qui ne soit pas fondée uniquement sur les cultures traditionnelles mais qui, s’appuyant sur celles-ci, permettent au pays de s’exprimer comme un acteur à part entière dans le contexte des idées et des formes ; à promouvoir cette culture tant au Niger qu’en Afrique et dans le reste du monde, en formant et en professionnalisant les artistes ;
- en tant qu’établissement franco-nigérien, il doit s’engager à soutenir toutes les actions menées par l’Etat nigérien, pays fondateur de l’Agence de la Francophonie, visant à défendre les intérêts de l’espace francophone.

En tant qu’établissement franco-nigérien, le CCFN agit naturellement et directement, dans et hors les murs, avec les institutions et associations culturelles du pays. Le projet culturel se décline en deux axes majeurs :

- dans les murs : promotion des cultures nigériennes contemporaines, promotion et diffusion de la culture française et francophone, aménagement et modernisation des outils de travail, rentabilisation des espaces, formation des personnels, recherche de nouveaux publics.
- hors les murs : appui au développement culturel du pays, appui à la création et aux créateurs, formation, décentralisation, soutien logistique, soutien aux manifestations pérennes, appui à la société civile et à l’émergence de structures culturelles privées.

 

Fonctionnement

L'administration, la gestion, la direction du Centre culturel franco-nigérien sont assurées par un conseil d'administration mixte franco-nigérien et un directeur assisté du personnel nécessaire.

Le conseil d'administration est composé de six administrateurs dont trois sont désignés par le Gouvernement de la République du Niger, et trois par le Gouvernement de la République française, en fonction de leur résidence habituelle au Niger et de leur compétence particulière.
Il se réunit au moins deux fois par an sous la présidence du Secrétaire Général du Ministère de la Culture. La vice-présidence revient au Chef du Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade de France.
Le conseil d'administration fixe, de manière générale, les règles et modalités de fonctionnement de l'établissement.

Il lui appartient notamment :
- D'examiner et d'approuver le bilan moral et financier de l’exercice précédent, présenté par le directeur ;
- D'examiner et d'approuver le programme d’action et le budget prévisionnel de l’année à venir.

Le directeur du Centre culturel franco-nigérien de Niamey est désigné conjointement par le Gouvernement de la République du Niger et par le Gouvernement de la République française. Il est assisté d'un directeur-adjoint nigérien. La gestion est assurée par un(e) secrétaire général(e) français(e) nommé(e) par Paris, son assistant-comptable est recruté localement.

L'équipe de direction anime toutes les activités culturelles du Centre, assure l'exécution du budget, assume la responsabilité de la gestion du personnel et des matériels. Il nomme le personnel sous réserve de l'approbation du conseil d'administration. Le personnel est soumis à la réglementation en vigueur au Niger.

 

 

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats